Affichage des articles dont le libellé est Généalogie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Généalogie. Afficher tous les articles

Eugène Colin, ma grosse épine Généalogique

#ChallengeAZ 2014

Cher Eugène, une véritable épine généalogique !!!
Je compte sur votre aide, chers généalogistes.



Extrait d'acte de naissance de Eugène COLIN 1849


J'ai retrouvé l'acte de naissance d'Eugène COLIN dans la base Léonore de la Légion d'honneur.

Il est né le 2 septembre 1849 à Pantin en Seine Saint Denis.
Il se marie avec Emilie Marceline Marie Schaal le 24 août 1884.
Il meurt le 27 mai 1900 à Toul.

Jeune soldat appelé de la classe 1869, il suit les cours de l'Ecole militaire d'infanterie. Il effectue une carrière militaire avant de devenir Colonel Commandant du 94ème Régiment d'infanterie. Il est alors décoré comme Chevalier de la Légion d'Honneur en 1896 par le Ministre de la Guerre. 

J'apprends, dans cet acte de naissance qu'il est né à Pantin. Sa mère est Virginie COLIN et son père est inconnu. Il porte donc le nom de sa mère.  Elle est âgée de 26 ans à sa naissance et demeure à Paris rue Saint Denis n°277.

Or je ne connais pas le lieu de naissance de Virginie. J'ai cherché, cherché en vain. 

Je n'arrive pas à remonter ses origines. Voici une vraie épine généalogique. 

Si des généalogistes confirmés peuvent me conseiller, je les remercie par avance !





Trouvaille au vide grenier


Le père des mes enfants a découvert, dans un vide grenier, un encadrement avec la reproduction d’une carte postale de la grande rue du village de Chailley dans l’Yonne, le village de mes ancêtres. 

Tableau déniché au vide grenier


Trouvaille du vide grenier
Cette trouvaille a été faite à 800 km de Chailley, dans le sud-ouest de la France.


Carte postale de Chailley datée de 1908


Carte postale de la grande rue de Chailley - Yonne - 1908



Erreur chronologique


Au bas de ce tableau est inscrit le commentaire suivant : "Bon de commande envoyé par Marcel Bourgoin Boucher à Chailley, à Monsieur Villain, Boucher à Linan, le 24 mars 1908".



Il est impossible que Marcel BOURGOIN ait écrit cette carte postal. Marcel, mon grand père, né le 27 mars 1905 n'avait que 3 ans en 1908, la date d'envoi de ce courrier. Il s'agit donc de son père Etienne Alphonse BOURGOIN, qui a créé sa boucherie à Chailley.



Texte écrit par mon arrière grand-père

Est reproduit le dos de cette carte postale. Et là surprise ! Il s’agit bien d’un texte écrit par Etienne, Alphonse BOURGOIN, mon arrière grand-père, Boucher à Chailley. 


Ecriture d'Alphonse BOURGOIN, mon arrière grand-père

Il passe commande à M. VILLAIN, Boucher à Linant, commune de Turny située à quelques kilomètres. « Si nous n’avons pas réponse jeudi matin nous compterons sur vous pour 1/9 veau que vous nous amenez. Si vous ne pouvez pas répondez demain sans faute Bourgoin ». 

La carte postale est datée du 24 mars 1908. Alphonse, né le 29 novembre 1876 à Saint Julien du Sault Yonne,  avait 32 ans lorsqu’il a écrit cette carte.


Comparaison de signature

J'ai cherché à vérifier la signature d'Alphonse BOURGOIN en la comparant avec celle qu'il a apposé sur son acte de mariage avec Berthe GODARD en date du 2 mars 1903. J'ai trouvé des différences entre ces deux signatures. Je ne suis pas graphologue pour certifier de façon qu'il s'agit du même signataire. 


Signature sur l'acte de mariage de 1903

Signature sur la carte postale de 1908


Belle trace familiale due au hasard


J’ai été très touchée de lire sa belle écriture penchée que je ne connaissais pas. Une belle trace familiale dénichée par hasard dans un vide grenier…


Etienne Alphonse BOURGOIN

Conférence et Expo sur les Poilus de chailley


Exposition sur la Grande Guerre 14/18 à la bibliothèque de Chailley - Yonne







Dans le cadre du Centenaire de la guerre 14/18, le Cercle de généalogie de Turny et de la forêt d’othe, la municipalité de Chailley et Lire à Chailley, organisent du 10 octobre au 30 novembre une exposition sur la Guerre 14-18.

Un ensemble de panneaux d’exposition ont été réalisés pour vous faire découvrir le parcours des Poilus de Chailley « Morts pour la France » et sur l’histoire de la construction du Monuments aux Morts de la commune.

Des objets originaux ou transformés par les poilus dans les tranchées, des lettres et des documents, témoignages de la vie des soldats et de leurs familles restées au pays, des livres et journaux prêtés par les Chaillotins et les amis des environs, seront exposés dans les salles de la bibliothèque.

Un livret sur les Poilus de Chailley sera édité à cette occasion.

Conférence « La Vie des Poilus » à la salle de la Fontaine à Chailley


Michel MAUNY, Chercheur Icaunais en histoire, petit-fils de Poilu de l’Yonne, auteur du livre d’Emile et Léa, spécialiste reconnu de la première guerre mondiale,  est invité par la Mairie de Chailley dans l'Yonne, pour vous présenter une Conférence « la Vie des Poilus » 

vendredi 10 octobre 2014 à 20h, à la salle de la Fontaine. 

Un diaporama vous sera proposé et vos questions seront les bienvenues. 
Un vin d’honneur sera offert après la conférence par la Mairie.





A la recherche des anciennes enseignes



Au cours de mes recherches généalogiques, je traverse les villages où ont vécu mes ancêtres. J'aperçois alors, au hasard de mes visites, des traces du passé. 

Les enseignes et publicités

Mon oeil est accroché par les anciennes publicités ou enseignes qui restent accrochées aux murs des maisons. Elles ne sont plus d'actualité, sont abandonnées mais continuent à délivrer leur message vieillot. 

Métal, Plastique, Peinture

En métal, peintes sur les murs, en plastique, ces publicités me font revivre les heures de gloire d'un commerce ou d'un artisanat d'une autre époque. Avant qu'elles ne soient définitivement effacées et détruites, j'ai souhaité saisir et partager ces débuts chevrotants de la communication commerciale. 

A vos appareils photos

Vous pouvez m'aider à compléter ce parcours en m'envoyant vos photos et en indiquant le lieu de la découverte. Soyez attentifs !


Premières photos de mes découvertes


Publicité SINGER - Vaudevanne - Yonne

Publicité YACCO - Arces Dilo - Yonne

Publicité l'Yonne Républicaine - Arces Dilo - Yonne

Enseigne Tabac - Cerisiers - Yonne

Enseigne POLISSET et Publicité Lubrifiants HAFA - Arces Dilo - Arces

Publicité BUTAGAZ - Turny le Fays - Yonne

Café Hôtel CHEVAL BLANC  - Cerisiers - Yonne

Organisation d'une généalogiste amateur

Je "pratique" la généalogie en amateur. Mon organisation est donc tout à fait empirique, en constante évolution pour s'adapter à mes besoins. Pour répondre à la proposition de Sophie Boudarel qui a lancé l'initiative du #généathème, je vais présenter ma modeste organisation.

1.  Archives familiales

Classement documents archives
Mon premier travail fut de trier et de classer, de façon chronologique, les documents familiaux qui m'ont été confiés ou dont j'ai entrepris la collecte. Les pièces d'identité, cartes d'associations, articles de presse, lettres, contrats de vente... se trouvent dans des classeurs,  glissés dans des pochettes plastiques et datés. Une douzaine de classeurs sont rangés dans une bibliothèque. Une grosse boite regroupe les documents qui restent à trier. Car je deviens le réceptacle de nouveaux documents.
Le travail d'archiviste n'est jamais clos !


2. Photographies

Le tri des photos anciennes, que j'ai reçu de ma mère, a demandé un gros travail. La reconnaissance des personnes m'a demandé du temps. Des visites chez des oncles et tantes ont été nécessaires. Mes parents ont été sollicités. Mais les souvenirs s'estompent vite et certains visages restent anonymes... J'ai choisi le rangement dans des grands classeurs destinés à protéger les cartes postales anciennes. Je souhaite garder en bon état ces photos anciennes. Là aussi le tri chronologique a été choisi. Les noms des personnes reconnues ont été indiqués et autant que possible les lieux également. Ces albums sont appréciés par les anciens comme par les plus jeunes de la famille. Ils sont régulièrement consultés et comme leur protection est satisfaisante, la consultation peut se faire sans détériorer les photographies. Les souvenirs des personnes et des époques sont ainsi partagés.

Albums photos anciennes

3. Cartes postales

Mes ancêtres, du côté maternel,  s'écrivaient de nombreuses cartes postales. Ma mère (toujours elle!)  les avait conservé dans des boites de chaussures, en carton. J'ai plaisir à les lire une après l'autre, à découvrir les destinataires, les auteurs, les signatures, les écritures ... J'ai classé ces cartes postales par département, après les avoir placé dans des pochettes plastiques adéquates. Là encore, nous pouvons les consulter tout en les protégeant du temps. Je voyage, à travers ces jolies cartes, virtuellement, avec mes ancêtres. J'adore ces cartes de voeux, d'anniversaires...tellement kitsch. J'en ai fait une collection.
Cartes postales annciennes


4. 0 Papier ?

Je ne tiens ni carnet, et pratiquement aucun dossier papier. J'ai privilégié l'informatisation au maximum. J'écris via Word, je scanne mes documents et photos utiles, je sélectionne les archives numérisées. J'effectue le marquage des photos et leur tri sélectif avec i-photo qui me permet les retouches, re-cadrages , sélection par nom, lieux, découpage automatique des visages. Je classe mes documents informatiques par dossiers et sous-dossiers très bien visualisés sur mac. Mon organisation est simple avec un dossier par branche familiale, des sous dossiers par nom, divisés, par prénom et nom, puis par type de documents. En cas de besoin, j'imprime mes documents ou synthèse. Un ipad me permet de me déplacer avec les arbres par l'application Hérédis et les photos sans internet, les prises de notes.  Je me sens à l'aise avec cette organisation. 
Dossiers et sous dossiers

5. Logiciel de généalogie Hérèdis

Après hésitations, essais divers, j'ai choisi le logiciel Hérédis Mac pour commencer l'informatisation de mes données généalogiques. J'ai saisi toutes les données papier dont je disposais issues  de recherches diverses de membres de la famille. J'ai  dû, bien sûr, les vérifier une à une. J'ai trouvé plusieurs erreurs que j'ai  corrigé par la consultation des archives en ligne. A chaque fois, je complète ma généalogie sur Hérédis. Rapidement une première base a été constituée. Le travail ne faisait que commencer ! J'ai entrepris de remonter le plus loin possible dans le temps pour retrouver le nom et les lieux de vie de mes ascendants. Le travail se poursuit toujours  et il est peut être approfondi sans cesse. Pour ces recherches plus poussées, je me laisse guider par mes envies. Je choisis une personne et j'élargis mes recherches. Je me laisse porter aussi par mes découvertes. La généalogie reste ainsi une aventure, avec des obstacles, des découvertes, des points de lumière, des avancées, des remises en causes... La généalogie c'est aussi un pourvoyeur d'émotions: joie , énervement, étonnement...
J'ai utilisé planète généalogie, mais je trouve pas cet outil  utile et probant. Peu d'utilisateurs sont présents, pas assez d'arbres et un accès peu ludique.


5. Généanet

Le logiciel généanet est un excellent complément pour mes recherches. Des contacts fructueux ont été établis avec d'autres généalogistes. Des branches se retrouvent reliées. L'arbre est accessible à tous et en particulier à ma famille. J'informe  les auteurs des arbres lorsqu'il m'arrive de leur emprunter une partie de leur recherche. J'ai toujours eu des retours de généalogistes heureux que leur recherches soient utiles. Ma recherche a pu avancer et j'ai retrouvé des cousins généalogiques à proximité de chez moi et même les rencontrer. J'apprécie beaucoup cette plateforme. La mise à jour avec Hérédis via gedcom se fait correctement mais j'hésite à le faire trop souvent car je dois apporter des corrections sur généanet à chaque exportation. Des améliorations sont sans doute à apporter pour faciliter les liens. A moins que ces difficultés proviennent de mes manipulations, inadéquates ?

Généalogie Généanet


7. Blog

C'est en consultant les blogs Chroniques d'antan et Lesort-Madelin que j'ai eu envie de faire de me lancer dans l'aventure du blog. Histoire de familles est né avec l'objectif de rendre accessibles et consultables mes recherches sur internet.  Elles sortent de mon bureau. De plus, je me  motive pour faire vivre le blog et écrire des articles. Je formalise mes recherches sur l'histoire de mes ancêtres et aime à les appréhender pour leur redonner vie. Le lien entre généaologie et histoire me semble évident. L'histoire des hommes et des femmes se replace parfois dans la grande histoire. Leurs vies sont toutes différentes et si semblables aussi. Je me plais à trouver une dimension philosophique à mon "travail" puisqu'il débouche sur une réflexion sur la vie, le destin, la mort. Plus j'approche d'un être passé, plus je me sens riche d'un vécu. Mais pas de lyrisme...

8. Twitter

Ma dernière découverte est tweeter. Ouvrir un compte, se confronter à l'échange d'informations, communiquer sont des manières trés ludiques de conforter ses recherches et approches généalogiques. Je progresse plus vite en étant en alerte sur cette actualité. Je sais que je ne suis pas seule à chercher dans mon coin. C'est donc un aiguillon dans ma propre démarche.

Conclusion...provisoire

En fait, je pensais n'avoir  rien à dire sur ce thème... J'ai donc repoussé la date pour écrire cet article.   J'ai lu  avec plaisir les articles des autres bloggeurs. Je me suis lancée, un peu par défi. Et voilà que je me trouve à parler de généalogie, de mon approche personnelle... Comme quoi la recherche sur les autres est souvent recherche sur soi ! Et puis on peut partir d'une idée de départ et parcourir des chemins sinueux avant d'ouvrir d'autres horizons. N'est-ce pas là un peu la quête des passionnés de  généalogie ?







Accès à l'histoire du Village de Chailley


ECRIRE et ETRE LU, telle l'ambition de la plupart des recherches, et de celle la en particulier. Mon idée est de rédiger une synthèse de mes recherches. Je souhaite retracer l'histoire du village à partir des données recueillies. Parce qu'on écrit presque toujours pour être lu, je dispose d'outils intéressants pour diffuser ma recherche. Mon objectif  est le partage.
Le Blog "Histoire de familles"
Je vais pouvoir écrire des articles dans ce blog, à destination de ma famille, des lecteurs du blog. 
Référencement Web
Le référencement des articles dans Google offre à toute personne intéressée par l'histoire locale d'avoir accès à mes informations. 
Wikipédia
J'ai dans l'idée de mettre à jour la page Wikipédia de Chailley car tout est à faire. Je suis déjà inscrite en qualité de contributeur et j'ai déjà une petite expérience des ajouts et modifications qui peuvent être faits sur les pages Wikipédia. 
Twitter
J'ai découvert récemment cet outil et je me le suis approprié. C'est un bon moyen pour communiquer rapidement sur l'actualité, les nouveautés et entrer en contact avec des organismes ou personnes choisies et concernées. D'autres idées de diffusion me viendront sans doute en temps utile.
Chailley, toute une histoire ... Articles du Blog
Je définis 3 périodes dans la naissance et le développement du village de mes ancêtres qui vont donner lieu à l'écriture de trois parties.
Vous allez les retrouver sur 3 pages de blogs auxquelles vous pouvez accéder par les liens ci-dessous.
J'espère vous faire partager l'esprit de ce territoire, pétri d'histoire qu'est la Forêt d'othe. J'espère vous faire partager les liens qui me lient à ce petit bout de terre et de forêt. Je prends plaisir à sentir vivre mes ancêtres dans cette contrée qui, à différentes époques  et  dans des contextes différents, ont construits leurs vies d'hommes et de femmes. Nous sommes une part d'eux.

Quand la généalogie s’adapte aux nouvelles formes de familles




Le 17 mai 2013 a été adoptée en France, 
la loi N°2013-404 ouvrant le mariage aux couples de même sexe. A l’heure où les premiers couples de même sexe s’unissent à travers le mariage, il est temps de s’interroger sur les conséquences de cette évolution du code civil pour nos futures recherches généalogiques. Au delà de toute polémique, j’ai mis en évidence ce que dit cette nouvelle loi  avant de m’interroger sur ses conséquences sur le travail des généalogistes.

J’attends vos points de vue sur cette réflexion.


Ce que dit la Loi


Le mariage
L’article 143 du code civil précise que  le mariage est contracté par deux personnes de sexes différents ou de même sexe. L’âge minimum pour contracter un mariage ne change pas (18 ans révolus), ni les prohibitions : le mariage entre frères et sœurs, entre tantes et neveux ou nièces, entre oncles et neveux ou nièces demeure interdit.

Les actes de l’état civil
L’article 34-1 rappelle que les actes de l'état civil sont établis par les officiers de l'état civil. Ces derniers exercent leurs fonctions sous le contrôle du procureur de la République.

Le lieu du mariage
Les  futurs mariés pourront s’unir au choix dans l’une de leurs communes de résidence ou dans celle d’un de leur parent.

Célébration du mariage
Le mariage est célébré publiquement lors d'une cérémonie républicaine par l'officier de l'état civil de la commune où l'un des époux a son domicile ou sa résidence.

L’adoption
Le droit à l’adoption découle directement du droit au mariage. Le projet de loi permet ainsi aux couples homosexuels d’accéder à l’adoption simple et à l’adoption plénière. Les mariés peuvent adopter l’enfant de leur conjoint, ou adopter un enfant ensemble, en France ou à l’étranger.
L'adoption plénière de l'enfant du conjoint est permise :
- lorsque l'enfant n'a de filiation légalement établie qu'à l'égard de ce conjoint
- lorsque l'enfant a fait l'objet d'une adoption plénière par ce seul conjoint et n'a de filiation établie qu'à son égard
- lorsque l'autre parent que le conjoint s'est vu retirer totalement l'autorité parentale
- lorsque l'autre parent que le conjoint est décédé et n'a pas laissé d'ascendants au premier degré ou lorsque ceux-ci se sont manifestement désintéressés de l'enfant.

La filiation
Les mots «père» et «mère»sont remplacés par le mot « parents ». Les mots « mari et femme » sont remplacés par le mot « époux ».

Le nom de famille
Chacun des époux peut porter, à titre d’usage, le nom de l’autre époux, par substitution ou adjonction à son propre nom dans l’ordre qu’il choisit.
L’enfant adopté a le nom de famille de l’un de ses deux parents, ou les deux accolés, dans l’ordre de leur choix, «dans la limite d’un nom de famille pour chacun d’eux». Une nouveauté qui concerne tous les couples : si les parents ne se mettent pas d’accord sur le nom, l’enfant prend automatiquement les deux noms de famille accolés, dans l’ordre alphabétique. Jusqu’ici, c’était le nom du père qui était donné en cas d’absence de choix. Un enfant adopté devra porter le même nom de famille que ses frères ou sœurs aînés.

Conséquences pour les généalogistes


Nous avons presque tous dans nos familles des enfants nés de parents inconnus ou de père inconnu. Cela ne pose pas de problème majeur pour la construction de nos arbres. En ce qui concerne le mariage de deux personnes du même sexe, aujourd'hui je considère que la généalogie est tout à fait capable de s’adapter.

En effet,
- soit un des deux ou les deux parents avaient déjà des enfants d'une relation préalable hétérosexuelle, auquel cas on peut déterminer une filiation classique
- soit aucun des deux parents n'avait d'enfant d'une union préalable, et le généalogiste s’arrête là.

Logiciels de généalogie et formes de procréation
Dans les deux cas, les logiciels de généalogie, comme celui que j’utilise Hérédis,  autorisent le choix d'un sexe qui est le même pour chacun des deux parents, donc on peut faire figurer le couple dans son arbre. Trois cas peuvent se poser :
- l'adoption par un couple homosexuel
- la procréation par un couple homosexuel de façon naturelle
- la procréation par un couple homosexuel par la Procréation Médicalement Assistée

Adoption
L'adoption par un couple homosexuel  est identique au cas de l'adoption par un couple hétérosexuel. La problématique est la même. 

Procréation naturelle
La procréation naturelle par un couple homosexuel représente le cas où une des femmes du couple a des relations hétérosexuelles en vue de tomber enceinte et d'avoir un enfant. Si le géniteur est connu, on peut le nommer partir de lui pour remonter la filiation de l'enfant, sinon, on sera dans le cas d'un "père inconnu". On peut aussi considérer l'autre femme du couple comme étant le conjoint naturel et que partir de cette personne pour faire la généalogie de l'enfant. 

Mère porteuse ?
Dans le cas où un couple d'hommes utilise les services d'une mère porteuse pour avoir un enfant, on a la même problématique. La mère porteuse étant la mère biologique de l'enfant à naître, doit-on partir d'elle pour établir la généalogie de ce dernier ? Le cas se complique bien sûr si les dons de spermatozoïdes ne proviennent pas de l'homme du couple, mais d'un tiers. On a dans ce cas une mère porteuse qui est la mère biologique et un père inconnu. La filiation généalogique doit donc partir de ces données. Ce cas n’est pas encore autorisé en France mais il existe dans la réalité. 

PMA 
La procréation médicalement assistée renvoie aux mêmes problèmes que ceux soulevés précédemment. Non autorisée en France pour les couples homosexuels, elle se pratique dans plusieurs pays européens. Des couples français ont eu des enfants par ce moyen et ils sont à intégrer dans nos filiations. Si on connaît le géniteur, il semble logique de partir de ce dernier pour établir la généalogie de l'enfant, sinon, on doit considérer l'enfant comme ayant un parent inconnu. C’est le cas dans mon arbre généalogique. Cela n’empêche nullement de remonter la filiation du conjoint qui constitue la filiation « sociale » de l’enfant. Celle-ci peut avoir un intérêt pour l’enfant car elle a un rôle sur l’éducation et les choix qu’il sera amené à faire dans sa vie d’adulte.  Dans ce cas le généalogiste peut avoir le libre choix de sa recherche. 

Vers une filiation sociale ?


Les difficultés rencontrées par les généalogistes du futur ne sont donc pas insurmontables.  On  peut tout à fait établir la généalogie d'une personne en fonction des liens biologiques comme on peut la lier  à ses parents  qui l'élèvent. Nos logiciels permettent d’introduire ces deux dimensions si elles sont connues. Nous lisons les actes tels qu’ils sont rédigés, conformément aux lois en vigueur et nous savons nous adapter à toutes les situations. La généalogie n’est pas mise en péril. Au contraire, le besoin de connaître ses origines ne peut que se renforcer avec la complexification des familles. C’est pourquoi, on peut introduire, dans nos réflexions, à côté de la filiation biologique, une notion de filiation « sociale ». Le débat n’est donc pas clos.
A lire

La valise à double fond de Albert HERVE, prisonnier au Stalag II B

J'ai la surprise et la joie d'être contactée par mail par Véronique HERVE, petite fille de Albert Alexis Auguste HERVE. Elle a lu...

A lire