vendredi 13 octobre 2017

Famille de Saint-Etienne, seigneurs de Turny au 15ème siècle


Famille de Saint-Etienne, 
Seigneurs de Turny au 15ème siècle




Blason
de la famille Saint-Etienne de la Tour
Bibliothèque Nationale de France à Paris. 


Le sieur Charles de Saint-Etienne de la Tour est le plus connu de la famille Saint-Etienne. De la province de Champagne, au commencement du règne de Louis XIII, il part à la découverte de l’Acadie « dans l’espérance d’y trouver des mines d’or et d’argent ainsi que l’on prétendait et y avoir formé le projet d’y établir une colonie ». Il devient gouverneur en Acadie.  Une partie de sa famille reste en Champagne.

Les de Saint-Etienne de Turgy sont les seigneurs des paroisses de Turgy ou Turgis, de Lignières, de la Tour, de Chamblin et de Touchept dans l’Aube. Les de Saint-Etienne de Turgy ou Turgis sont « une famille estimée et reconnue » . Ils s’allient au fur et à mesure des générations à la famille de l’Espinasse et aux descendants de la famille de la Tour d’Auvergne et de Boulogne. 

Pierre ou Pérossan de Saint-Etienne, escuier, né vers 1410, est seigneur de Turny et de Turgy dans l’Aube avant 1493, date de sa mort. Il se marie vers 1440 avec Jeanne de Guerchy, dame d’Esnon. Ils ont deux enfants :

Claude de Saint-Etienne, est né vers 1440. Il est écuyer, seigneur de Turgy, de Lignières et de Dannemoine. Il se marie le 14 juillet 1479 avec Jeanne de l’Espinasse, née en 1450 à Esnon près de Migennes, dame d'Arbloy, de Montelon, de La Bruyère, de Bellefontaine, de Brion dont le père est Etienne de l’Espinasse, seigneur de la Tour et la mère Jeanne de la Brosse, dame de Percey. 

Anne de Saint-Etienne, fille de feu Pierre de Saint-Etienne, seigneur de Turny, recueillie par Marguerite de Balzac, se marie le 28 avril 1493 à Riom avec Jean II de l’Espinasse. Leur contrat de mariage sur parchemin est signé devant Pierre Roz et Guillaumes Coutes, notaires en la cour de Riom et indique que « Jean de l'Espinasse, escuier, fils de feu noble Hugues de l'Espinasse, en son vivant escuier, seigneur du dit lieu d’une part » et de « demoiselle Anne de Saint-Etienne, fille de feu Pierre de Saint-Etienne en son vivant, escuier, seigneur de Turny … »    

Turny, membre de la Commanderie de Coulours est décrite lors de la visite des Commanderies du Grand Prieuré de France en 1460. 
"En 1460, était jadis maison et plusieurs édifices clos de fossés tout à l’environ et chapelle aussi, lequel hostel a l’occasion des guerres qui ont été en ce royaume, est venu en ruyne et désolation et chu par terre et depuis naguère Jean de Bussel, religieux de notre religion et curé de Turny qui a pris a ferme de moi Commandeur les deux membres de Turny et du Luteau à charge d’élever à Turny maison habitable et refaire la chapelle ce qu’il a fait ".  
Le Commandeur qui réside à Coulours, reçoit le revenu des terres de Saint-Laurent et du Luteau et perçoit des dîmes à Turny sur les grains et les vins. Le curé de la paroisse perçoit ses droits sur la laine, les petits pois, les haricots et autres légumineuses.

Famille de la Borde de Bérulle, Seigneurs de Turny au 15ème siècle

Famille de la Borde de Bérulle,
 Seigneurs de Turny au 15ème siècle






Blason

« de gueules, à un chevron d or
accompagné de trois molettes d‘éperon du même ».


Turny est alors séparé en deux seigneuries, l’une appartient au Baillage de Sens et l’autre au Duché de Bourgogne. La maison de Bérulle fait partie du Duché de Bourgogne. 

Jacques, seigneur de la Borde de Bérulle, né en 1488, écuyer, est seigneur de Bailly, de Viel Verger, de Cerilly, de Bernières, de Quincy et de Turny. Il épouse Anne de Ponnard de Sauvage.  
Galéas, seigneur de la Borde de Bérulle, chevalier, baron de Céant-en-Othe, seigneur de Turny est gentilhomme de la maison du roi, lieutenant au gouvernement de Troyes. Il épouse Louise de Neufvy par contrat du 9 septembre 1540. En 1562, la duchesse de Nevers vend la terre de Céant-en-Othe à Gallas de Bérulle, demeurant au château de Cérilly, village de l'Yonne distant de quelques kilomètres seulement. Le village de Céant prend le nom de cette famille, lorsque dans la deuxième moitié du 16ème siècle, le seigneur de Bérulle attribue les bois de Chauffour aux habitants de Céant. Ceux-ci donnent alors le nom de Bérulle à l’ancien village de Céant.

Claude, Seigneur de la Borde de Bérulle, chevalier, conseiller au Parlement de Paris en 1576, seigneur de Turny, épouse Louise de Séduire.


Généalogie Famille de Bérulle 





lundi 9 octobre 2017

Famille de Brienne, seigneurs de Turny au 13ème siècle

Famille de Brienne, seigneurs de Turny au 13ème siècle


La Maison de Brienne est une maison noble de France, issue de la Champagne, dont plusieurs membres se sont illustrés en France, en Italie et en Orient








André de Brienne est né en 1136. Seigneur de Ramerupt dans l'Aube, il épouse en 1167 Adélaide de Traînel, dame de Venizy et de Saint-Valérien dans l'Yonne, fille d'Anseau de Traînel, seigneur de Venisy  et de Elisabeth de France. Elle est la petite-fille de Garin de Traînel, seigneur de Venizy que nous avons déjà évoqué. 

André de Brienne meurt en 1190 dans la ville d'Acre en Palestine, en qualité de croisé et de général des troupes françaises

Son fils Henry de Brienne est seigneur de Ramerupt et Venise

Chevalier, il accompagne Louis IX, Roi de France connu sous le nom de Saint Louis, lors de son premier voyage en terre sainte en 1248. Il épouse Marguerite de Bourgogne, fille de Jean 1er comte d'Auxonne et de Bourgogne et Mahaut de Bourgogne. Il meurt à Mansourah en Egypte le 8 février 1250. 

Erard de Brienne, leur fils, devient seigneur de Ramerupt et de Venise.


Droit d’usage de la Forêt de Saint-Pierre [1]







La forêt de Saint-Pierre contient à peu près 7 000 arpents. 
Avant le 13ème siècle, ainsi que l'indiquent les termes d'un acte, partie en a été abandonnée par les propriétaires au couvent de Pontigny de l'ordre de Cîteaux. 
Un accord passé en 1236 indique que les Templiers de Coulours conduisent jusqu'à 300 porcs, 40 boeufs ou vaches et 300 moutons de leurs maisons de Turny et de Luetel, dans les bois de Saint-Pierre qui appartiennent à l'abbaye de Montigny. 
Erard de Brienne, seigneur de Venisy et dame Mahaux, sa femme, octoient aux gentilhommes, borjois, laboureurs et manants de la baronnie de Venisy, par une charte de novembre 1247, confirmée par celle d'avril 1272, le droit d’usage aux habitants de Venisy et de ses hameaux dont Chailley et la paroisse de Turny. 
Ce droit d’usage est limité puisqu’il n’autorise qu’à défricher, ramasser le bois mort, à garder : « des usaiges tous gasteurs, c’est à savoir charbonniers, mineurs, tourneurs, cercliers… et tous autres gens qui gastent le bois outre ce qu’ils ne doivent faire, tant qui gastent le bois… pour chacun des mestiers ». Toute vente est interdite. 
Les archives départementales de l’Yonne disposent du bornage fait, par devant l'official, entre Érard de Brienne, Venisy, Turny, les hameaux de Boulay et des Lames d'une part, et l'abbaye de Pontigny de l'autre, pour sa métairie de Sevy (1271).

Sceau d'Érard de Brienne, seigneur de Ramerupt et Venizy [2]





Description matérielle : 

sceau rond de cire verte pendant sur double queue de parchemin. 

Dimensions : 67 mm. 

Sigillant : Érard de Brienne (1170-1246). 

Description : sur un cheval galopant vers la droite, le cavalier au heaume carré et grillagé, tenant son bouclier de la main gauche et son épée derrière lui de la droite ; la selle et l'arçonnière du cheval très visibles.







[1] Les Bois de Chailley - Imprimerie H. Descaves - Brienon 1893
[2] Référence H1528-4 (2/2) Archives départementales de l’Yonne

L’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Turny - Yonne

L’ordre des Hospitaliers  de Saint-Jean de Jérusalem 

à Turny - Yonne


Après la suppression de l’Ordre du Temple, ses biens sont attribués, le 24 août 1312, aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. 



La maison de Turny leur est confiée. 
Cet ordre, créé à la même époque que les Templiers, dispose à peu près des mêmes attributions. Quelques siècles plus tard, l’ordre des Hospitaliers devient l’Ordre de Malte. 
C’est à cet ordre qu’appartient le chevalier Jacques de Rouxel-Medavy qui fait remettre en état l’église de Coulours en 1630 après les destructions et pillages de 1567, suite au passage des Huguenots. 
L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, connu dès le 12ème siècle, sous le nom de Ordo Hospitalis Sancti Johannis Hierosolymitani, est un ordre religieux catholique hospitalier et militaire qui existe depuis l'époque des Croisades jusqu'au début du 19ème siècle.

La chapelle Sainte-Catherine à Linant


Avant 1518, est construite une chapelle à Linant, dédiée à Sainte-Catherine. 

« Jusqu'à la révolution, le vicaire de Turny se rend chaque dimanche et jour de fête célébrer la messe à la chapelle de Linant qui est devenue une véritable succursale de l'église paroissiale ».[1] 

Elle est détruite en 1793. 

Une nouvelle chapelle est reconstruite, à l'initiative des habitants, au même endroit vers 1840 et c'est le conseil municipal dans sa délibération du 9 août 1903, qui en ordonne la destruction définitive :

 « Monsieur le Maire expose au conseil municipal que la chapelle de Linant élevée par souscription publique entre tous les habitants de ce hameau n'est pas une chapelle autorisée... Cette chapelle édifiée il y a environ soixante ans, ne servait qu'une fois l'an à dire la messe le jour de la fête de Linant est aujourd'hui complètement inutile... Considérant que la chapelle de Linant est très nuisible à la circulation, demande à M. le Préfet, à l'unanimité des membres présents, de bien vouloir autoriser la démolition de la chapelle de Linant pour cause d'utilité publique. »[2]


La fin de la commanderie de Coulours en 1793



La Révolution française voit la fin de la Commanderie de Coulours, avec la vente de ses biens aux enchères le 13 avril 1793.




[1]  Annuaire historique du département de l'Yonne - Editions Perriquet et Rouillé - Auxerre -1854 - BNF
[2] Registres municipaux de la commune de Turny